Anaïs Carron

Anaïs Carron vient de terminer des études de Lettres. Elle a longtemps tenu un blog. Mais surtout, elle semble ne jamais se lasser d’observer ses semblables. Ces corps qui passent, qui se frôlent, qui s’effacent. Ces corps vivants qui déjà semblent tiraillés par la mort mais qui font face. Un instant du moins. Des textes taillés dans la chair, des textes aux odeurs puissantes, tannés aux intempéries de la vie.

Extrait: « La bête. Elle est maigre et la peau adhère à ses côtes. Fane autour de ses yeux. Du rouge pointe à son ventre. Une plaie coagulée, dure et presque sèche. Elle la gratte en hargne. Ses griffes se chargent de chair brunie. Elle peint les murs de ses entrailles, comme un témoignage de sa vie bientôt faite. »

Anaïs Carron vit à Morges.

Poésie / premier texte.

Les commentaires sont fermés.