Cédric Matthey

Père de deux garçons, divorcé, amoureux de toute culture (lettres, notes, pinceaux, pixels et petites balles jaunes) comme du lever de coude, de la neige sale des fins d’hivers, il publie un peu par hasard son premier recueil de poèmes. Au travers de textes cabossés, il étale son vague à l’âme à qui veut bien loucher dessus.

Dans son deuxième recueil illustré par Anaïs Paulus, il traverse les douleurs et les lumières de la vie, dans un dialogue entre texte et image, pour encore une fois, au final, laisser la vieille peau sur le bord de la route, reste d’une mue difficile et bénéfique.

Les commentaires sont fermés.